mardi 22 avril 2014

La séance du mardi

"Breaking Away"
Peter Yates
1979












Dans ton fesse ...


Le billet de Renaud

17 - "M'en fout ... J'suis cool ... "

Le printemps est là, la météo ScotaPOwa nous l'annonce et je confirme, réveil au chant des oiseaux, rayon de soleil dans l’œil à travers les volets, tout y est !! 
Au chapitre moto, j'ai mis en perce une gentille Moto Guzzi V7 "speciale" pour la nouvelle saison, la tendance étant à ce genre de moto, simple, légère et peu onéreuse à l'entretient. Non content d'une mode, voire d'une tendance, l'époque est au "vintage". Un truc de vieux encore verts qui ne renoncent pas à faire les intéressants avec des pétochons ribouldingues, un mouvement repris par une "scène custom", comme disent les scribouillards en mal de nouveauté nouvelles, qui bricole des brêles souvent sympathiques de look qu'ils arrivent à standardiser avec des "codes" simplistes à la con ... Mais qui fait vendre du papier et des bibelots aux bobos en mal d'imagination (et pan!!!) 
Vous l'aurez compris, fidèles d'entre les fidèles, ce n'est pas ce genre de pensées qui animent votre camarade mais plutôt le côté nostalgia et pragmatique dans la série "à mon âge une pétoire légère, agile et peu puissante ira très bien pour rigoler on ze road !"
Le rodage de la belle touchant à sa fin, je profite d'un rendez vous d'anciens combattants dans les hautes côtes pour le casse croûte de midi, pour inviter notre célèbre Nobby à une promenade cool dans l'arrière pays avant de retrouver le reste de la troupe à l'auberge ... SMS du lâche individu pour annuler sa participation à la sortie ... Monseigneur faux cul "s'est claqué le mollet en faisant ... Rien" 
Prend moi pour un con Léon ! ... Il aura fallu toute une semaine pour faire avouer à cette vieille fripouille, qu'il était plein comme un boudin avec ses amis du "chapter" (quand je vous dit qu'il a mauvais fond!) et que jouant à domicile il s'est lâcher sur l'expression corporelle (que d'autre appelle la dance) et que son corps d'athlète n'a pas supporté cette épreuve. 
Pour simplifier, il a voulu faire le malin avec ses amis gastéropodes et il s'est tordu la patte sévère en voulant faire le "Rolling Stone" de super marché!
Laissant là ce félon, j'enfourche ma titine et file tranquille dans le matin printanier... Que du bonheur, la lumière est magnifique, les odeurs de la nature exhales plein pot les parfums des arbres et prés en fleurs, fredonnant du Bob Marley c'est dans la joie et la coolitude la plus parfaite que je prend le chemin de ma vallée bénie pour aller retrouver les "vilains beaunois" au café du matin sur la place du village.
La Guzz ronronne de plaisir sous les 6000 trm, elle balance de courbes en virages avec aisance, tout beigne, une sorte de félicité, je croise une paire de chevaliers teutoniques sur-équipés à base de 1200 GS auxquelles il ne manque plus que les feux de gabarit et le giro orange tant la largeur du panzer engage la route, petit signe de la main (ça ce fait...) et roule, pas de réponse, mal élevé ces gens, m'en fout  ... j'suis cool ...
Tiens encore une paire de touristes en gilet fluo, dans mon sens cette foi, belles bêtes, élégants en diable sur leur camions à valbondes blindées, indispensables dans nos contrées reculées, restons frais, je les passe gentiment à l'entrée d'un patelin où ils freinent comme des sourds étant déjà à une vitesse larvesque, m'en fout ... j'suis cool ...
Tiens, le totalisateur à passé les 1000 bornes, on va fêter ça! Arrêt vidange de l'ange, top horaire, la vache! encore 2 plombes avant le resto, rapide point route, c'est entendu, je bois le café avec les copains, je file chez un autre sur le plateau et back to le saloon à l'heure dite, ça doit faire dans les 100 bornes le tour, vu le tracé va pas falloir être feignant et garder un rythme "soutenu" mais cool ... 
Vrop vrop quand, en pleine paix, un COUP DE KLAXON !!! T'y crois Eloi ? Des rois de la route sans doute, je gênais ces messieurs sur leur trajectoire en reprenant mon chemin, la gestuelle de ces messieurs est sans équivoque , je traduit par "gare toi maladroit" et mes 3 seigneurs de mettre gaz sur leur meule ( identifié presto comme une multistrada, une GS et fazer) Vous en conviendrez avec moi, cool, certes, mais là, il y a offense non? Le coup de surprise passé, c'est le coup de sang, le frisson le long de l'échine, ça sent le sang écarlate, règlement de compte à OK corral.
Je tapote le résé de la Guzz , resserre la jugulaire du casque et passe en vitesse combat, nous sommes dans la partie serrée en sous bois de la route, la puissance de ma pony sera suffisante, je vais me les faire à l'ancienne, la traj sauvage, tout à l'inter en ouvrant à la sortie, semi debout sur les reposes pieds pour amortir les secousses et balancer plus sec dans les épingles de la descente, taïaut, sus aux blaireaux! 
Le premier de ces messieurs est servi chaud, le prétentieux ne chouf même pas ses rétros, pensez donc, m'sieur le Baron, impensable d'être rejoint, je le passe à l'exter. 
La poignée à bloc, 7000 trm, la Guzz change de voix, un coup de quatre en sortie et sus au cornard en ducat, il est joli Henri avec son équipement dainese dernière mode, je vais le faire rotir un peu ... Collé derrière, je vois qu'il essai d'en mettre, pauvre gnome, tu vas ramasser!! EH EH, il élargis, freine mal avec un petit effort il pourrais ce bourrer ce maladroit, ha tu fais moins le malin Saturnin !! Allez hop, le freinage dit "de trappeur" à l'inter, bourre toi de là que j'm'y mette ! YAOU Rintintin, encore un de fumé comme une dinde.
Me reste "le chef" avec sa teutonne, je les connais par cœur ces meules, le châssis permet tout ou presque sur route bosselée et là nous y sommes.Ma brave Guzz tortillone du fion avec ses amortos "classiques"de petite facture d'autant que la cadence est élevée pour le moins, over 7000 trm, à bloc ou à peu près, ça me rappelle le temps béni du" à bloc de mes 20 ans", putain que c'est bon! j'ai gardé les réflexes et la technique, ça me reviens, toute ces années de "hautes technologies" n'ont rien effacé, un pur plaisir, je reviens sur le lascar qui est raisonnablement adroit pour une bûche, je vais me le faire sur le prochain dos d'âne, ça tape bien au moral, d'autant que le droite serré qui est derrière est pas mal ... GO !! 
C'est fait et bien fait, chaud comme la braise, je continu à bloc, tout au beau geste jusqu'au village aimable où mes vilains sont là, la couenne au soleil, beaux comme des dieux de l’Olympe (ou presque). Arrêt moteur, salut à la troupe, mon café arrive déjà, c'est beau à en chialer, les pots de la guzz ont bleuis juste ce qu'il faut, serrage de louche à la ronde, blague "de bon goût" à la taulière, je m'installe, quand arrivent mes trois victimes tête basse; et le Lucien dit "Gros Lulu"de dire: "faite de la place, voilà le reste de la troupe!" ... un ange passe ... 
Voilà, le printemps est là et avec lui ses cohortes de motards sympathiques et fraternelles. La matinée a continuée sur un rythme badin, j'ai repris la route, sympathisé avec nos 3 nouvelles recrues, pas rancunières, le repas fut "bourguignon" et la fin de journée aéronautique dans mon club chéri où il est dit "qu'il vaut mieux un pilote plein qu'un réservoir vide !

Vive le sport ! 



Voilà, Chef, c'était le billet du mois, la guzz est parée de sa selle cuir et de ses mégatons, je pense que nous allons rapidement arrêter une date pour le "back to Limoges" avec ma vieille denrée de Nobby !